L’ennemi qui vous empêche d’avoir votre concours

Vous voulez progresser. Vous voulez travailler de manière productive afin de profiter de votre soirée avec le sentiment du devoir accompli.

Et pourtant, on est jamais satisfait. On se plaint, on proteste et on ne prend pas ses responsabilités…

Car nous avons un ennemi. Un ennemi très rusé. Un ennemi de taille qui nous suit partout.

Cet ennemi c’est Nous. Oui, nous même. Avec notre procrastination, notre stratégie d’évitement, notre fuite. Nous nous mentons et nous nous empêchons d’avancer. Nous fabriquons des excuses, falsifions la réalité. Nous sommes séduit par la tentation et la gratification instantanée. Pauvre de nous !

Arrêtez-vous !

TOP. Maintenant je prends des bonnes résolutions.

Oui, certes, mais jusqu’à quand ma cocotte ? 

Si vous vous créez des excuses, si vous n’avez pas de bonne habitude, si vous êtes isolé, si vous ne savez pas par où commencer exactement et si il vous faut une personne qui vous pousse ?

Si vous n’avez pas la bonne éducation, la motivation et le bon environnement ?

Vous croyez vraiment réussir votre concours ?

STOP , je vais changer…

Oui, certes, mais jusqu’à quand ma cocotte ? Il te faut penser et agir autrement. 

Comment penser et agir autrement ?

Je me pose les bonnes questions et je passe à l’action. Ca cogite là haut !

Voici quelques questions pour commencer:

  1. Il vous faut la bonne éducation – Comment me créer des habitudes durables ?
  2. La motivation –Pourquoi voulez-vous atteindre votre challenge ? Que va-til se passer ? De à 1 à 10 quelle est votre volonté pour changer, pour réussir ? Qui peut vous mettre un coup de pied au “cul” et faire ressortie le meilleur de vous-même ?
  3. Le bon environnement –Qui peut vous soutenir ? Qui peut vous pousser vers le haut ?

Améliorer vos aptitudes, créer des habitudes, passer à l’action… Vous seul pouvez le faire ! 

Alors n’attendez pas. Agissez maintenant !

 

Crédit photo : Mariana Rojas

, ,

1 réponse à L’ennemi qui vous empêche d’avoir votre concours

  1. Laetitia Frimat 12 octobre 2013 à 2:04 #

    Tellement vrai!

Laisser un commentaire