Définition de la psychomotricité

La psycho quoi ? Mais c’est quoi au juste la psychomotricité ? C’est pour qui ? Qu’est ce que vous faites exactement ?

Etudiants, professionnels, parents et familles sont confrontés à cette question.

La psychomotricité reste encore un mystère pour beaucoup. Pourtant, elle a une place à part entière dans le secteur du soin. Son but est thérapeutique, préventif, rééducatif et parfois éducatif.

Il n’existe pas une seule et unique définition de la psychomotricité. Chacun à sa propre définition de la psychomotricité en fonction de sa spécialité ou son domaine de prédilection. J’ai toutefois tenté de définir la base de la psychomotricité qui relie chaque professionnel entre eux.

La psychomotricité

La Psychomotricité est une spécialité du développement global de la personne.

Elle considère que les fonctions motrices, sensorielles et l’état psychique, affectif et relationnel sont liés et indissociables.

 Basé sur une vision holistique de l’être humain -c’est à dire qu’elle tient compte de ses dimensions physique, mentale, émotionnelle, familiale, sociale, culturelle, spirituelle – et de l’unité corps/esprit, le terme psychomotricité intègre les interactions cognitives, émotionnelles, symboliques et corporelles dans la capacité d’être et d’agir de l’individu dans un contexte psychosocial.

L’être humain est perçu au travers de ses trois dimensions : biologique, psychologique et sociale.

Ainsi, la psychomotricité tend à harmoniser le développement et l’adaptation de la personne, tout en prenant en compte sa personnalité et son environnement.

Elle permet de mieux prendre conscience de son corps afin d’en faire un instrument d’expression et de communication. Les émotions, les désirs, les fragilités mais aussi l’histoire du patient, sont pris en compte, pour aller vers un mieux être.

L’unité entre le corps et l’esprit est renforcé. L’expression de soi est privilégiée. 

Finalement la psychomotricité c’est :

  • Trouver ou retrouver le plaisir du mouvement, le plaisir d’être son corps, d’être soi-même.
  • Apprendre à exprimer ses désirs, ses émotions, et entrer en relation avec l’autre et le monde.
  • Remédier a certains troubles psychomoteurs, permettre d’investir l’espace et le temps, contrôler son geste.
  • Favoriser l’éveil de l’imaginaire et du perceptif, vivre des expériences perceptives, sensorielles, kinesthésiques ou ludiques.
  • Aider à la transformation des éprouvés en représentations, prendre conscience de ses conflits internes.
  • Reprendre confiance en soi et en l’autre, retrouver le goût de la vie.

Apprendre, évoluer, s’adapter, communiquer, exprimer, créer, construire, rêver!

La psychomotricité permet de vivre, d’expérimenter, peut-être à nouveau, une unité sensorielle, motrice, émotionnelle et mentale, psychique et corporelle.
L’objectif est donc de favoriser, permettre ou restaurer l’harmonie globale de l’équilibre psychocorporel.

Le psychomotricien 

Le psychomotricien aide son patient à trouver ou retrouver un équilibre psychocorporel.

Il passe par différentes médiations pour remédier aux difficultés, troubles, déficits ou encore handicap d’une personne.

La médiation est ce qui sert d’intermédiaire entre soi et l’autre. Voici quelques exemples de médiations :

  • les techniques d’expressivité corporelle
  • le toucher thérapeutique et la conscience corporelle
  • les thérapies de relaxation
  • l’eau
  • la médiation avec le cheval
  • les danses du monde : danse africaine, danse primitive
  • les techniques artistiques : le mime, la musique, la sculpture
  • la calligraphie
  • les jeux moteurs et symboliques
  • les techniques d’expression de soi: le chant, le jeu de rôle, le jeu dramatique
  • la stimulation sensorielle

La médiation est pensée en fonction du motif de consultation dans un but thérapeutique.

Au contact de leur patient, les psychomotriciens sont impliqués psychiquement et corporellement.

La psychomotricité c’est pour qui ?

La psychomotricité s’intéresse à l’individu à chaque étape de sa vie. Le psychomotricien reçoit des personnes de tout âge.

  • Les bébés – afin de favoriser l’intégration de ses apprentissages psychologiques, moteurs et sociaux.

Principales Indications : les traumatismes de la naissance, lien Enfant / Parent, Parent / Enfant, déficiences, handicap, troubles, dysfonctionnements…

  • Les enfantsafin d’ouvrir ses capacités de communication, d’expression et de l’accompagner dans ses apprentissages et son développement.

Principales indication : les retards de développement psychomoteur,  les troubles du tonus les difficultés d’organisation dans l’espace et le temps, de latéralisation, les difficultés d’apprentissage scolaire, les troubles du comportements et/ou de la personnalité -agitation-hyperactivité, difficultés attentionnelles et de concentration, instabilité ou inhibition, troubles envahissant du développement ou autisme- les difficultés dans l’organisation de la motricité fine, de la motricité globale, les troubles de la coordinations et dissociations motrices, la maladresse motrice, la dyspraxie, la dysgraphie, le handicap physique, mental, neurologique ou génétique…

  • Les adolescents - afin d’aider a mieux vivre les modifications psychiques et corporelles qui apparaissent a cet âge.

Principales indications :  les troubles relationnels, les troubles du comportements et/ ou de la personnalité, trouble du schéma corporel et de l’image du corps…

  • Les adultes – afin de soutenir, accompagner, relever en cas de périodes difficiles, de fatigue psychocorporelle ou de crises/troubles divers.

Principales indications : stress, angoisse, dépression, troubles somatiques, troubles instrumentaux, troubles du schéma corporel et de l’image du corps, vivre avec un handicap…

  • Les personnes âgée – afin de soutenir, accompagner, relever en cas de périodes difficiles, de fatigue psychocorporelle ou de crises/troubles divers.

Principales indications : dépresion, retour d’hospitalisation, perte d’autonomie, les troubles de l’équilibre, le syndrome post-chute, les troubles de la mémoire, prise en charge des démences, et des troubles neurologiques, du polyhandicap…

Le soin psychomoteur relève aussi bien de l’éducation psychomotrice, de la rééducation psychomotrice que de la thérapie psychomotrice.
Le psychomotricien est également amené à réaliser des bilans psychomoteurs permettant de poser un diagnostic et de dégager une compréhension du trouble psychomoteur dans le but de proposer, si besoin, des soins adaptés.

 Conclusion

La psychomotricité est une ode à la vie,
Elle écoute l’homme, son corps, son esprit.

crédit photo: Camdiluv ♥

, ,

3 réponses à Définition de la psychomotricité

  1. Melissa Bello 27 septembre 2013 à 12:53 #

    Amen

  2. Autisme 17 février 2014 à 5:19 #

    Bonjour,
    Merci pour votre article très instructif.
    Bien cordialement.

  3. Amy 4 mars 2014 à 11:40 #

    Merci pour tout .

    Bien cordialement

Laisser un commentaire